Sélectionner une page

La mort en option!

13 01 2022Banques, Professionnels0 commentaires

Sur la devanture du restaurant Del’Arte, ils ont étalé cette banderole « La gérante est en grève de la faim ». Un dernier geste pour éviter la fin, celle de leur restaurant, celle de leurs illusions. Leur fin à eux tout court. Un drame se noue que la société ne saurait ignorer.

Nous l’annoncions dès les premiers confinements, nous étions parait il alarmistes!!! https://banques-infos-recours.fr/le-confinement-precipiterait-un-tiers-des-professionnels-dans-la-faillite/

La savoie le 11 janvier

Vendredi dernier, Hanan a quitté le ristorante Del’Arte, prétextant un rendez-vous chez la manucure. Sur Instagram, elle laisse un message énigmatique où elle dit au revoir à son mari, ses enfants, ses amis. De crainte qu’elle ne prenne une décision définitive, des secours sont envoyés à Talloires où elle habite, ils la retrouvent dans sa voiture, prête à plonger dans le lac d’Annecy. Prête à se suicider pour effacer une situation devenue trop insupportable.

Quatre jours plus tard, c’est dans une salle de son restaurant que nous la retrouvons, le visage creusé, les yeux rougis par trop de larmes et le corps affaibli par 5 jours de grève de la faim. Pour expliquer son geste, elle lâche « Mon cerveau était dans un état second, nous avons beau nous battre au-delà de ce qu’il est possible de faire, nous n’entrevoyons aucune porte de sortie » . Si elle a retrouvé un souffle de vie, elle ne cesse d’affirmer qu’elle se battra jusqu’à la mort avec son mari, pour leur affaire, mais aussi pour tous les patrons dont l’entreprise coule actuellement à cause de la crise sanitaire. « Vous savez, j’ai beaucoup souffert dans ma vie, j’ai été battue, violée, brûlée à la cigarette, j’ai supporté un cancer du sein, le décès du père de mon fils, je pourrais en écrire un livre… Mais si j’ai appelé ma société Victory, c’est que toutes ces épreuves ont fait de moi une battante, que malgré l’adversité, je mets tout en œuvre pour réussir ».

Un million d’euros de dettes!

Parfois, le sort a choisi sa proie et s’acharne. En octobre 2018, le restaurant fait la une des faits divers : son ex-associé a précipité sa moto sur la devanture du restaurant. Il prétexte un malaise, ce que contredira un rapport d’expert tenu secret. Hanan doit alors composer avec une situation financière compliquée et un moral dégradé. « J’ai fait une grosse dépression après cet événement, j’ai passé 5 jours en réa après une tentative de suicide ». La chef d’entreprise reprend le dessus et redresse le bilan, passant d’un passif de 300 000 euros à un positif de 18 000 en février 2019… « Vous avez gagné votre combat m’a félicité le comptable. Ce que je ne savais pas, c’est que le Covid allait survenir. Certains restaurants s’en sont très bien sortis et j’en suis heureuse pour eux, pour nous, ça a été une catastrophe. De confinements en réouvertures totales ou partielles, l’enseigne ne cesse de perdre de l’activité. Certaines journées, avant, nous enregistrions plus de 800 couverts, aujourd’hui, 150, c’est le grand maximum ». L’aide de l’État « que je ne blâme pas » ne suffit pas. Les charges s’amoncellent et la dette ne cesse de se creuser « C’est bien simple précise-t-elle, pour rester à flot, il faut un chiffre d’affaires de 100 000 par mois HT, c’est ce qui nous permet de tout payer sans dégager aucun bénéfice ».

Ils ont été longtemps au-dessus… mais depuis le début de la crise, le chiffre a baissé de 60 % environ « on fait des services à 0 client, 2, regardez, même ce midi, il y a une trentaine de couverts, pas plus. Et ce soir, nous sommes obligés de fermer car il n’y a pas assez de personnel, nous n’en trouvons plus ». En larmes, elle sort un document du tribunal. Un plan de sauvegarde a été mis en place. Son passif dépasse le million d’euros. « Je suis caution bancaire, c’est moi qui vais payer jusqu’à la fin de ma vie. Je suis morte et les établissements financiers se foutent de notre détresse, notre franchise Del’Arte n’a que faire de nos problèmes. Tous les mois, je dois continuer à payer 10 000 euros de loyer ».

« Nous sommes foutus »

Le 4 mars, elle passera devant le tribunal de commerce, assurée que cette affaire, « son bébé » pour laquelle elle s’est tant battue et a énormément investi va fermer « Le tribunal a fixé cette date en espérant que je fasse une belle saison d’hiver, mais une grande partie de ma clientèle est touristique et elle n’est pas au rendez-vous, tant qu’il y aura la peur de la maladie et les restrictions, elle ne reviendra pas ».

Pourtant, Hanan les aime ses clients, salue leur fidélité… se déplace dans le restaurant pour les saluer. « Souris », « il faut tenir »,l’encourage-t-on. Elle n’y croit pas, plus « Avec mon mari, nous ne cessons de nous battre, mais nous sommes à bout, nous sommes foutus, notre seule porte de sortie vous savez, c’est de mettre le feu au restau en nous immolant. Mais, comme je veux sortir dignement, la tête haute, j’ai envie de crier une dernière fois notre détresse, qu’on entende notre souffrance et qu’on nous tende la main. Nous ne sommes pas des voleurs, mais des travailleurs, on ne mérite pas de couler en silence ».

À ses côtés, Tonio ne dit rien. Il la soutient des yeux, par quelques mots, « moi je m’exprime, je hurle, je pleure, confie Hanan, mon mari, il souffre à l’intérieur. Le matin, quand nous venons au restaurant, c’est le silence dans la voiture ».

Ce silence qui les condamne, ils espèrent que quelqu’un va le rompre. En attendant Hanan ne mange plus « et bientôt, j’arrêterai de boire », promet-elle.

«Je ne cherche pas le buzz»

Hanan l’assure, elle n’a contacté aucun média, son seul vecteur de communication, c’est Instagram où elle développe auprès de ceux qui la suivent tous les malheurs qu’elle subit et les conséquences que cela génère aujourd’hui. « Et puis, si je me bats, ce n’est pas seulement pour moi, pour nous, c’est aussi pour mon équipe, les employés qui me sont restés fidèles, les clients qui nous aiment et pour tous les chefs d’entreprise qui sont plongés dans la même situation catastrophique, condamnés à disparaître ; pour tous ces patrons aussi qui ont préféré se suicider ».

Merci de soutenir votre association indépendante cliquez pour des dons et adhésions

Catégories

Pour nous contacter :

Noémie et Pascal
Bonsoir.

Juste pour vous remercier. Notre prêt immobilier est suspendu 2 ans.

Merci d'exister. Après le refus du prêt d'état, nous n'avions plus d'espoirs.

Je m'excuse d'avoir douté de vos conseils. ...





Lire le reste
Noémie et pascal
Bonsoir.

Juste pour vous remercier. Notre prêt immobilier est suspendu 2 ans.

Merci d'exister. Après le refus du prêt d'état, nous n'avions plus d'espoirs.

Je m'excuse d'avoir douté de vos conseils. Bravos pour vos actions. Vous sauvez des vies. La nôtre aujourd'hui.
Noémie et Pascal
Noémie et pascal
Jérôme
Bonsoir, Je viens de finir le travail. J'ai un message de la banque qui propose 3000 euros de remboursement. Nous sommes soulagés. Merci pour tout, bonne soirée.
Jérôme
Bonsoir, Je viens de finir le travail. J'ai un message de la banque qui propose 3000 euros de remboursement. Nous sommes soulagés. Merci pour tout, bonne soirée.
Jérôme
Jérôme
Loana et Jean
Bonjour Mr Alaire,

Je vous fais part du mail, envoyé à la banque pop.

J'espère que vous ne m'en voudrez pas de vous avoir cité. Mais la BIR m'a donné la force d'y aller. Merci à vous ...



Lire le reste
Loana et Jean
Bonjour Mr Alaire,

Je vous fais part du mail, envoyé à la banque pop.

J'espère que vous ne m'en voudrez pas de vous avoir cité. Mais la BIR m'a donné la force d'y aller. Merci à vous d'exister. Vraiment. Je garde l'espoir d'un monde meilleur. Il y a des jours avec et jours sans. Donc quand je vois des groupes comme le vôtre, nous nous sentons moins seuls. Donc merci.

Je vous souhaite un bon dimanche. Cdlt
Loana et Jean
Loana et Jean
Eric
Bonjour,

Suite à vos recommandations, demande de délai de grâce pour mes crédits immo et consos.

24 mois accordés par le juge des contentieux (hors assurances). Notifié ensuite à la banque par huissier, avec effet ...



Lire le reste
Eric
Bonjour,

Suite à vos recommandations, demande de délai de grâce pour mes crédits immo et consos.

24 mois accordés par le juge des contentieux (hors assurances). Notifié ensuite à la banque par huissier, avec effet immédiat.

Encore merci.
Eric
Eric
Aurélie
Bonjour, Voici quelques nouvelles du dossier déposé auprès du juge de la protection et du contentieux. Nous avons obtenu une suspension de 24 mois pour l'un de nos prêts immobiliers (maisons en location saisonnière 500 euros par mois). ...
Lire le reste
Aurélie
Bonjour, Voici quelques nouvelles du dossier déposé auprès du juge de la protection et du contentieux. Nous avons obtenu une suspension de 24 mois pour l'un de nos prêts immobiliers (maisons en location saisonnière 500 euros par mois). Cette décision de justice permet de nous alléger le temps pour nous de retrouver une stabilité financière et une situation professionnelle pour ma part.

Merci pour cette orientation, je suis toujours active psur le dossier des frais bancaires. Je vous tiendrai au courant de la suite. C'est déjà une belle victoire aujourd'hui.

Merci pour votre soutien et votre efficacité.
Aurélie
Aurélie
Laurence
Bonsoir, Je suis heureuse et à la fois étonnée que votre combat / votre association dure ! Vous méritez tant de gratitudes ! Alors oui, bon anniversaire à votre bébé BIR, car vous m'avez permis de ne pas sombrer avec les frais ...
Lire le reste
Laurence
Bonsoir, Je suis heureuse et à la fois étonnée que votre combat / votre association dure ! Vous méritez tant de gratitudes ! Alors oui, bon anniversaire à votre bébé BIR, car vous m'avez permis de ne pas sombrer avec les frais ou interdits bancaires il y a 2/3 ans ! 

Depuis, ma banque n'ose même plus me faire de frais (MDR). Mais bon, faut dire aussi que je gère mes petits revenus. Et surtout, sans leurs acharnements, on vit mieux ! Vous êtes formidable.

J'espère que vous aurez du soutien, et depuis des personnes pour vous aider dans ce combat !

Bien cordialement.
Laurence
Laurence
Sébastien Alaire

Sébastien Alaire

Banques Infos Recours a une mission : dénoncer les abus et manquements législatifs commis par les établissements de crédit. Si vous pensez être victime d'une banque, d'un assureur ou d'un huissier faisant un peu trop de zèle, ou manquant simplement d'humanité sur un crédit que vous n'arriveriez pas à rembourser : n'hésitez pas à nous contacter.

Share This
Open chat
1
Commencer à papoter...
Bonjour :-)
Comment peut-on vous aider ?